Description

Au cours des cent cinquante dernières années, le Musée des Beaux-Arts bénéficia tour à tour des acquisitions allemandes et françaises ; des achats de la Société des Amis des Arts et des Musées ainsi que des donations privées. La collection s’étoffa petit à petit, au point d’offrir aujourd’hui un vaste panorama de l’évolution de la peinture européenne. Pour preuve, il suffit de citer la Crucifixion de Giotto, la Vanité de Memling, la Vierge à l’Enfant de Botticelli ainsi que des œuvres du Corrège, de Véronèse, de Tintoret, de Zurbaran, de Raphaël, du Greco, de Rubens, de Van Dyck, de Vouet, de Claesz-Heda, de Champaigne, de Lorrain, de Canaletto, de Chardin, de Tiepolo, de Goya ou de Courbet… Aucun amateur d’art ne résistera à l’évocation de ces noms prestigieux... Quant aux Strasbourgeois, ils réservent leur affection à la « Belle Strasbourgeoise » de Nicolas de Largillière qu’ils considèrent comme leur « Joconde ».