Description

L’Alsace est une des régions d’Europe qui compte la plus forte densité d’orgues, avec des instruments fort anciens tel celui de la Cathédrale et son spectaculaire « nid d’hirondelle ».

L’âge d’or est le 18e siècle, la concurrence entre paroisses protestantes et catholiques génère un marché important en nombre et en qualité. La facture d’orgue française, sans conteste la meilleure va se diffuser par l’arrivée de maîtres français. Aussi, André Silbermann arrive à Strasbourg depuis sa Saxe natale, établit un atelier qu’il confie à son frère Gottfried pour parfaire ses connaissances à Paris. C’est ainsi que cette famille allemande introduit les principes français en Alsace et les diffuse Outre-Rhin. Une adaptation est ensuite réalisée pour jouer les pièces du répertoire allemand, notamment les oeuvres de J.S. Bach.

Une introduction à la connaissance de l’orgue est proposée à Marmoutier, le musée dédié présente de manière ludique et illustrée la base de l’art organistique. Dans la magnifique église attenante, l’orgue Silbermann invite à l’écoute, lors des messes ou de concerts.

Strasbourg compte des instruments remarquables, parmi lesquels celui de Saint-Thomas devenu célèbre grâce à Albert Schweitzer qui y instaura un concert en hommage à Bach pour financer son hôpital de Lambaréné.

Un circuit complet emmène l’amateur éclairé vers Ebersmunster, Colmar, Niedermorschwihr, Soultz, Mollau et autres lieux.

L’entretien de ce patrimoine qui nécessite des connaissances pointues dans plusieurs domaines est assurée par des facteurs d’orgue régionaux, qui bénéficient d’un institut de formation à Eschau pour assurer la pérennité de cette tradition.